MousquetaireDu Roi : AuservicedelaFrance

Le jeune Roi de France louis Xlll règne sur le trône de France , cependant la guerre de Trente _ ans fait rage, L'Espagneveut affaiblir la France, avec l'aidedescatholiques
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Système monétaire de l'Ancien Régime

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jean-Arnaud Tréville
Capitaine des Mousquetaire Du Roi / 3 ième homme de france dans la Hiérachie du royaume
avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 21/01/2016

MessageSujet: Système monétaire de l'Ancien Régime   Jeu 21 Jan - 23:47

Système monétaire de l'Ancien Régime

Le système monétaire de l'Ancien régime se caractérise par sa base duodécimale, la distinction qu'il faisait entre monnaie de compte et monnaie de règlement, la complexité qui en découlait et, contre toute attente, sa longévité.

Sous l’Ancien Régime, le système monétaire se basait sur deux séries d'unités :
Les trois unités dites de compte, abstraites, qui servaient à exprimer une valeur et à compter : livre, sou, denier.
Les unités dites de règlement, concrètes, servaient à nommer les pièces de monnaie, frappées par les ateliers autorisés et utilisées pour les échanges : le louis, l'écu, le liard,…

L'extrait de journal ci-contre donne une liste de prix exprimés en unités de compte (Liv., S. et D. pour livre, sous et denier) qui ne sont pas celles des pièces de monnaies en circulation. Ce double système d'unités contraignait à des conversions continuelles et s'avérait complexe pour une population majoritairement analphabète.

Les unités de compte[modifier | modifier le code]

Les unités de compte étaient la livre, le sou et le denier. La livre vaut 20 sous ou 240 deniers.

Livre Sou Denier
Livre (£) 1 20 240
Sou (S) 1/ 20 1 12
Denier (d) 1/ 240 1/ 12 1

Les livres[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Livre en France (monnaie).

Comme la livre était définie par rapport à un poids de métal dans lequel étaient taillés un certain nombre de flans destinés à la frappe mais que les poids et mesures n'étaient pas uniformes dans le royaume, le système de compte était alourdi par l'existence de deux livres différentes, de poids différents et donc de valeurs différentes. Le terme générique de livre fut donc rapidement flanqué d'un adjectif géographique indiquant l'unité de masse de référence. Deux livres surtout se sont imposées durant l'Ancien régime : la livre parisis (lp) et la livre tournois (lt). Ce n'est qu'en 1667 que la livre parisis sera définitivement supprimée et, à partir de 1720, toute ambigüité ayant disparu, la livre tournois peut se laisser appeler simplement la livre. Entretemps, à chacune de ces deux livres, correspondait le sou et le denier correspondants. Le rapport de valeurs était identique (une livre valant toujours 20 sous et un sou, 12 deniers), mais la valeur était différente parce que la quantité de métal initial était différente. On doit donc parler de sou parisis (sp), de denier tournois (dt),… et tenir compte de conversions supplémentaires.
1 livre parisis = 5/4 livre tournois
1,25 livre tournois = 1 livre parisis
Comme une livre vaut 20 sous, 1 livre parisis vaut \scriptstyle(5 / 4) \times20~ sous tournois, soit 25 sous tournois.

Livre tournois Sol tournois Denier tournois
Livre parisis 5/4 25 300
Sol parisis 1/16 5/4 15
Denier parisis 1/192 5/48 5/4




Livre parisis Sol parisis Denier parisis
Livre tournois 4/5 16 192
Sol tournois 1/25 4/5 48/5
Denier tournois 1/300 1/15 4/5

Le sou[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Sou.

Le denier[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Denier (monnaie).

Système duodécimal[modifier | modifier le code]

Le système, souvent présenté comme duodécimal, ne l'était donc que partiellement, puisqu'une livre vaut 20 sous. L'intérêt majeur était de travailler à partir du nombre 240, dit hautement composé, c'est-à-dire aisément divisible.

L'idée d'un tel système remonte à 781, sous le règne de Charlemagne, et se maintiendra à travers tout l’Ancien Régime pendant plus d’un millénaire, jusqu’au 18 germinal an III, où un nouveau système d’unités de compte plus simple car fondé sur le système décimal, sera défini. Il survivra même jusqu'aux années 1970 dans sa version anglaise1.

La période de transition monétaire va prendre 10 à 15 ans et s’étaler du Directoire au premier Empire (1795-1810).
Les décrets des 18 Germinal An III et 28 Thermidor An III ont établi la décimalisation du système monétaire (1 Franc = 100 centièmes) et le cours légal du franc à 4,5 grammes d'argent pur.
La Loi du 25 germinal an IV définit le taux de conversion monétaire entre le franc et la livre tournois en donnant une légère plus-value au franc afin de tenir compte du frai et de la tolérance de fabrication des monnaies royales apportées à l'échange.


101 livres tournois + 5 sols tournois = 100 Francs. Soit un taux livre tournois/ franc de 1,0125 : 1


Toutefois, une tolérance fut admise pour la conversion des espèces métalliques du 3 deniers au 30 sols. Ainsi, les espèces de 3 deniers furent converties au cours de 1,25 centime de franc (au lieu d’un cours théorique légal de 1,23 centime de franc).
Les décrets des 29 Vendémiaire An VII et 17 Floréal An VII ont rendu obligatoires l’établissement des comptes et l’exécution des paiements en francs.
La Loi du 7 germinal an XI décida la refonte générale des monnaies d’ancien régime et leur remplacement par les nouvelles monnaies napoléoniennes. Le poids du franc en or était fixé à 290,3225 milligrammes d'or fin. Le poids en argent restait celui fixé en 1795 (4,5 g d'argent fin). Soit un ratio argent/or de 15,5/1 environ.
le décret impérial du 18 aout 1810 égalisait les valeurs du franc et de la livre tournois afin d'achever la transition d'un système à l'autre, ralentie par la complexité du taux de conversion retenu.

Par extraordinaire, le cours du franc à cheval de Jean II de France (dit « le bon »), qui avait été fixé à 1 livre tournois en 1360, sera finalement le taux de conversion retenu 450 ans plus tard.

Chronologie.jpg

Les unités de règlement[modifier | modifier le code]

Les unités de règlement sont les pièces de monnaie physiques qui circulaient de main en main pour le règlement des transactions.

Concrètement, le Roi définit un type de monnaie avec une équivalence – immuable – en monnaie de compte. Le liard, par exemple, est créé en 1654 et défini comme valant 3 deniers. D'autres types monétaires sont créés de même qui se différencient par leur contre-valeur : les écus, liards, louis, les gros tournois, les gros blancs, les francs,… Les noms portés par ces unités monétaires dérivent parfois des noms des unités de masse utilisés à l'époque, telles le gros ou la maille.

Types monétaires


Nom2

Définition3

Création

Disparition

Métal

Livre4

Sou5

Denier6


écu 3 livres 1253 or 3 60 720
louis 60 sous argent 3 60 720
1/2 louis 30 sous argent 1,5 30 360
1/4 louis 15 sous argent 0,75 15 180
1/6 louis 10 sous argent 0,50 10 120
1/12 louis 5 sous argent 0,25 5 60
gros tournois 12 deniers 1260-1263 argent 0,05 1 12
gros blanc Jean II, XIVe siècle argent
double tournois 2 deniers XIIIe siècle billon 0,0083 0,1660 2
liard 3 deniers 1654 1792 cuivre 0,0125 0,25 3
franc 1 livre 1360 or 1 20 240
maille 1/2 denier XIIe siècle 0,002083 0,0416 0,5
1/5 écu argent 0,6 12 144


À partir de cette définition7, le Roi autorise un ou plusieurs ateliers à frapper des pièces, à Paris et en province8.

Ces pièces ne portent aucune valeur faciale ; elles valent le poids du métal qui les compose9. Le Roi fait fluctuer la valeur de l'argent (politique monétaire) en modifiant le poids des pièces ou leur métal et les motifs qu'elles représentent10. Concrètement, les pièces nouvelles étaient généralement frappées, avec un nouveau motif, dans le métal refondu des anciennes.

Ainsi, pour un même type monétaire (écu, liard, louis,…), il existe plusieurs pièces différentes. Un écu, par exemple, vaudra toujours trois livres, mais il se frappe en or au XIIIe siècle et en argent (écu blanc) au XVIe siècle. De même, au XVIIIe siècle, l'écu en argent se décline en plusieurs pièces :
l'écu vertugadin11 (1715) d'un poids théorique de 30,594 g ;
l'écu de Navarre12 (1718) de 24,475 g ;
l'écu aux 8 L13 (1721), de 23,590 g.

_________________
Jean-Arnaud du Peyrer, comte de Tréville
né en 1598
âge  40 ans
capitaine des Mousquetaire du roi depuis 13 ans
25 ans chez les mousquetaire
chez les mousquetaire depuis 1613
fortune  de 225400 livres
lt-général des armée de France
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mousquetairesduroy.creerunforumgratuit.com
 
Système monétaire de l'Ancien Régime
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Introduction d'un système monétaire dans le jeu
» Les faits et gestes des Wings.
» Note sur la politique monétaire (3e trimestre 2013. KOte Gwowozo?
» Codex monétaire
» Assassinat du propriétaire de l’hôtel Le Palace

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MousquetaireDu Roi : AuservicedelaFrance :: Grade et salaire chez les mousquetaire :: salaires et pensions chez les mousquetaires du cardinal-
Sauter vers: